Extrait - Manon Laurier

   Le trajet prit une éternité. En réalité, il ne fallut qu’une dizaine de minutes pour se rendre à l’hôpital. Trouver la chambre prit tellement de temps qu’il faillit perdre conscience. En fait, quelqu’un l’amena immédiatement à la chambre où reposait Françoise. Son père, sa mère et son frère Pierre étaient là, de même que Caro. Ils étaient tous assis autour du lit, livides, sans réaction.

       Françoise semblait dormir. N’eut été la pâleur de son visage et de ses mains, rien n’indiquait qu’elle était décédée. En la voyant, Julien crut vraiment qu’elle dormait. Il s’approcha, lui toucha, et réalisa qu’elle était froide. De glace. Il se pencha sur elle, en pleurs, la prit par les épaules.

       ― Pourquoi Françoise, pourquoi? On avait la vie devant nous… Qu’est-ce que je t’ai tant fait pour que tu agisses de la sorte, dis-moi? Tu es ma femme, je t’aime…

       Il pleurait en balbutiant des mots d’amour, caressait son visage, ses mains. Après un moment, Caro s’approcha de lui.

       ― Viens Julien… viens…

       Elle le releva et le soutenant, le conduisit hors de la chambre.

       ― Pourquoi Caro, hein, pourquoi? Ce n’est pas moi, hein, dis-moi que ce n’est pas moi Caro…

       ― Mais non Julien, il y avait longtemps que Françoise était malade…

 

       Il retourna plus tard dans la chambre. Plus calme, il l’embrassa plusieurs fois sur les lèvres, posa sa tête près d’elle. Il pleura à chaudes larmes, jusqu’à ce qu’encore une fois, Caro vint le relever. 

       Elle lui parla doucement, longuement.

      

       Il retourna une troisième fois dans la chambre, posa les mêmes gestes, les mêmes baisers.

       Plus tard, finalement, il salua tout le monde, et partit.

       Il prit un taxi pour retourner chez lui. À la maison, sa mère l’attendait. Dès qu’il eut passé la porte, elle le prit dans ses bras, lui murmurant des mots doux, des mots qu’elle n’avait plus prononcés depuis des années mais qui lui revenaient en mémoire, comme ça, sans efforts. 

 

 

                           

Pour contacter l’auteur:  alainlafrance.klemt@gmail.com

Alain Lafrance

auteur