Extrait - La source

   ...À 23 h 30, Éric stationna sa voiture à l’intersection du chemin et de l’entrée de gravier qui menait chez lui, au lac, soit à plus de 100 mètres de la maison. Une demie lune éclairait suffisamment pour qu’il puisse se déplacer sans peine. Il marcha lentement jusqu’au perron, écoutant pour essayer de capter une conversation, ou autre chose. Rien. Il gravit les quelques marches devant lui, prit sa clef et doucement, débarra puis ouvrit la porte. Il s’immobilisa quelques secondes pour vérifier si on l’avait entendu entrer. Il n’y avait que des bruits épars, du tissu déplacé, puis un mot qu’il n’arriva pas à comprendre. La chambre à coucher était au rez-de-chaussée et de la porte, ouverte, filtrait une faible lumière. Une lampe de chevet, pensa-t-il. Curieusement, il était calme. Lorsqu’il avait reçu l’appel lui signalant que sa femme était en train de faire l’amour avec quelqu’un qu’il connaissait bien, il avait paniqué. Oui, paniqué. Surtout qu’on lui donnait toutes sortes de précisions sur les allées et venues de sa femme, ses rencontres galantes dans les hôtels, le jour. Évidemment, il ne put savoir qui l’appelait, ni  d’où. Une voix bizarre, peu masculine. Il avait noté l’heure de l’appel : 21 h 30. Vérifiez vous-même, lui conseilla-t-on. Ils sont en ce moment même chez vous au lac Jean, probablement dans votre lit! Éric songea d’abord à appeler Julie. Se calmant et se ravisant, il décida d’aller vérifier sur place. On lui en avait trop appris, trop dit.

    C’était vrai. Il entra doucement dans la chambre et à sa stupéfaction, vit son beau-frère Roger dans une position sans équivoque avec Julie. Il ne put s’empêcher de crier.

   ― Julie! Roger!

   Il restait là, les bras ballants, les yeux écarquillés de surprise, la bouche ouverte.

   Instinctivement, Roger s’enfouit sous les couvertures, dénudant par le fait même Julie qui essaya de se couvrir avec ses mains.

   ― Éric…. Non… réussit-elle à prononcer faiblement, le regard halluciné.

   Éric s’avança finalement vers le lit et d’un geste brusque, enleva les couvertures. Roger était recroquevillé, la tête entre les mains.

   ―  Habilles-toi et sors d’ici, dit calmement Éric.

 

                                        

 

 

 

 

 

 

                                

Pour contacter l’auteur:  alainlafrance.klemt@gmail.com

Alain Lafrance

auteur