...On répondit immédiatement à la sonnerie. Il s’identifia et son interlocuteur passa aussitôt de l’italien à l’anglais.

   ̶  Merci de m’avoir rappelé rapidement monsieur Palmer. Je n’avais pas réalisé que c’était déjà l’heure du déjeuner chez vous.

    ̶  Mais il n’y a aucun problème. J’avais tout simplement oublié mon appareil cellulaire. Je dois vieillir…

   ̶  Vous connaissez le projet Sauvons Stabiae?

   ̶  Stabiae…près de Pompéi? Maintenant Castellammare di Stabia?

   ̶  C’est ça, oui.

   ̶  Je connais parfaitement cet endroit. J’y ai même fait quelques travaux il y a plusieurs années avec ... je ne me souviens plus du nom de la personne en charge. C’est à peine à trois ou quatre kilomètres de Pompéi. Il y a très peu de travail d’effectué, malheureusement. Tout est encore sous des mètres de cendres et de roches.

   ̶  Vous avez raison. Mais nous avançons.

   ̶  Vous êtes impliqué dans ces travaux, monsieur Castellucci?

   ̶  J’y arrivais justement, monsieur Palmer, dit Castellucci en riant. Je suis un des dirigeants du projet Sauvons Stabiae, un regroupement impliquant des archéologues et des universitaires de nombreux pays, dont le vôtre, ainsi que des représentants de la Surintendance archéologique de Pompéi, dont je suis maintenant le directeur général, de même que des représentants de la région de Campanie et de la commune de Castellammare. Nous avons aussi des ententes avec les gouvernements italiens et américains, des ententes reliées au financement, vous comprenez…

   Palmer ne répondit pas et attendit.

   ̶  Je ne savais pas que vous aviez travaillé sur le site. Nous vous connaissons à travers vos publications, monsieur Palmer. Et votre réputation…

   ̶  J’ai aussi entendu parler de votre projet. Au fait, je le connais bien. C’est très ambitieux.

   ̶  Effectivement. Et comme toujours, ce sont les fonds qui manquent. Mais là n’est pas mon propos, monsieur Palmer. Nous avons attaqué un nouveau  secteur de fouilles il y a quelque temps, un endroit qui s’est rapidement révélé très prometteur.

   ̶  Une nouvelle villa particulièrement bien conservée?

   ̶  Non. Un chargement intact d’artefacts, en parfait état.

   ̶  Un chargement? répéta Palmer.

   ̶  Tout a été retrouvé sous les cendres emballé dans des caisses de bois qui bien que très détériorées, sont encore reconnaissables. Nous pensons que c’était une ultime tentative de sauver des biens d’un entrepôt, ou d’une boutique.

   ̶  Ah… et que contiennent les caisses?

   ̶  Justement, c’est la raison de mon appel, monsieur Palmer. Les caisses contiennent plusieurs dizaines de vases en argent et aussi en argent et en verre. De grands vases, parfaitement conservés.

   Palmer ne répondit pas immédiatement. Il était surpris, car aucune fouille n’avait ramené une telle quantité d’objets similaires dans le passé, du moins à sa connaissance.

   ̶  Vous avez bien dit plusieurs dizaines, n’est-ce pas?

   ̶  Pour être précis, il y en a exactement 87. 

   ̶  87? Vraiment?

   ̶  C’est quasi miraculeux, n’est-ce pas? reprit Castellucci.

   ̶  Ils sont de quelle période? Fin de la république, sûrement?

   ̶  Voilà le problème, monsieur Palmer. Nous ne le savons pas.

             Extrait - Les révélations de Stabiae

Pour contacter l’auteur:  alainlafrance.klemt@gmail.com

Alain Lafrance

auteur