...Quelques semaines plus tard, en octobre, le Saint-Siège émit la bulle Quantae difficultates, qui non seulement condamnait les affirmations du Petit Livre, mais punissait tous les catholiques qui y adhéraient publiquement ou non.

   La bulle commençait ainsi :

            

Avec quelles difficultés nous et nos prédécesseurs, remplissant les devoirs et les commandements qui nous ont été donnés par le Christ Notre Seigneur, avons-nous de tout temps combattu les erreurs et fausses interprétations susceptibles d’entraîner les âmes vers leur perdition. Or nous avons appris par la rumeur publique qu’il se répand partout certaines interprétations et certains textes qui sont en contradiction avec les enseignements de notre Sainte Mère l’Église, dont l’opuscule communément appelé le Petit Livre, lequel est l’œuvre …..

 

S’ensuivait une longue énumération des points et éléments du Petit Livre qui selon le Saint-Siège entraient en conflit avec les thèses défendues par l’orthodoxie catholique romaine. La bulle contenait aussi ce qui suit :

 

Nous défendons donc sévèrement en vertu de la sainte obéissance à tous les fidèles de Jésus-Christ, laïcs ou clercs, séculiers ou réguliers, d’adopter ou de présumer adopter les préceptes et enseignements du dit Petit Livre, de les propager ou des les entretenir de quelque façon que ce soit, de se joindre au mouvement appelé Agneau lumineux de Dieu qui est à l’origine du Petit Livre et de ses erreurs, d’assister à leurs congrès ou réunions, d’en enseigner les commandements ou de les communiquer. Nous leur ordonnons donc de se tenir strictement à l’écart de la dite société, de ses publications, de son Petit Livre et de toute manifestation les concernant, et cela sous peine d’excommunication à encourir par tous les contrevenants désignés ci-dessus, ipso facto et sans autre déclaration, excommunication de laquelle nul ne peut recevoir l’absolution par nul autre que Nous, ou le pontife romain qui nous succédera.

 

   La publication inattendue d’une telle bulle jeta l’émoi parmi la chrétienté. Il y avait longtemps que le Saint-Siège ne s’était élevé de façon aussi véhémente contre une doctrine ou une interprétation qu’il condamnait, et le clergé en particulier y réagit violemment. Immédiatement, des protestations furent envoyées au Vatican, certaines anonymes, mais la plupart clairement identifiées par les opposants. Rome ne bougea évidemment pas. Au contraire, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui recevait toutes ces plaintes et qui coordonnait les efforts de répression du Saint-Siège, envoya une directive à tous les cardinaux dont la teneur épouvanta une grande partie de ceux-ci.

 

                                        

 

 

             Extrait - Abjuration

Pour contacter l’auteur:  alainlafrance.klemt@gmail.com

Alain Lafrance

auteur